mercredi, avril 17, 2024
 

Médicaments périmés: que conseiller à vos clients?

Les pharmaciens sont le premier point d’accès direct des patients pour obtenir des informations sur les médicaments et leur utilisation correcte. Ils sont donc les mieux placés pour informer les patients sur les conséquences néfastes possibles de l’élimination des médicaments périmés et les différentes options écologiques à adopter.

Il est important de rappeler aux patients de rapporter tout médicament non utilisé à la pharmacie ou en déchetterie, notamment pour des raisons environnementales. Chaque médicament a une date de péremption. Ainsi, il est considéré comme périmé lorsque la concentration initiale du principe actif a diminué de 10%, voire de 5% pour certains produits, voire moins si l’altération du médicament dans le temps entraîne la formation de composés toxiques.

La date de péremption est calculée dans des conditions normales de stockage. Cela change lorsque le médicament subit différentes conditions externes, telles que la chaleur ou le froid. De plus, cette date n’est valable que pour les produits non ouverts. Une fois entamé, il expire beaucoup plus rapidement. Il est important de se rappeler que le médicament n’est pas seulement composé de l’ingrédient actif.

La stabilité du produit dépend également des excipients et de la forme galénique. En d’autres termes, un comprimé, un sirop ou une pommade ne peuvent pas avoir la même durée de conservation. Les médicaments les plus fragiles sont les formes liquides et sucrées. Quant aux collyres, ils ont tendance à se dégrader plus rapidement en raison du risque de contamination microbienne. D’autre part, les formes solides de produits chimiques simples, comme l’aspirine, peuvent être conservées pendant des années. En résumé, les conditions de stockage jouent un rôle central car les médicaments ont quatre ennemis: l’eau, l’oxygène, la lumière et la température.

Donner ou jeter: de mauvaises idées!

Les médicaments sont des déchets particulièrement polluants. En effet, ils peuvent contenir des composés toxiques pour l’environnement, comme les hormones, les anti-inflammatoires non stéroïdiens, les antibiotiques, les antipaludéens, les antioxydants, les conservateurs et les colorants. De plus, ils peuvent être fabriqués à partir de produits toxiques pour l’environnement, comme le mercure, le cadmium, le plomb, l’arsenic et le chrome. Enfin, ils peuvent polluer l’environnement en raison de leur emballage, comme les bouteilles en plastique et les emballages blister.

Vous pouvez donc rappeler à vos clients que les médicaments périmés doivent être éliminés correctement pour prévenir les risques pour l’environnement mais aussi pour la santé. Les médicaments ne doivent jamais être jetés dans les toilettes ou les éviers, car plusieurs études ont montré des traces de résidus de médicaments dans les eaux de surface, telles que les rivières et les lacs, et dans certaines sources d’approvisionnement en eau potable. Ainsi, la Commission internationale de protection des eaux du Léman (CIPEL) a publié plusieurs recherches estimant à plusieurs tonnes les produits pharmaceutiques présents dans les eaux du lac. Les médicaments ne doivent pas non plus être jetés à la poubelle car les déchets médicaux peuvent être dangereux pour les travailleurs qui les collectent.

Évidemment, il est aussi important de rappeler aux consommateurs que les médicaments ne doivent pas être donnés à des personnes auxquelles ils n’ont pas été prescrits, car cela peut se révéler dangereux. Chaque médicament est spécifique à une personne et peut présenter des effets secondaires différents pour chacun. La dose et la fréquence de consommation des médicaments peuvent également varier en fonction de l’âge, du poids et des conditions médicales d’une personne. En outre, certains médicaments peuvent interagir avec d’autres traitements ou produits chimiques, ce qui peut entraîner des effets indésirables.

Alors que conseiller à vos clients?

L’Ordonnance fédérale sur le mouvement des déchets (OMoD) considère les médicaments échus ou inutilisés comme des déchets spéciaux. Ainsi, les médicaments périmés ou qui ne sont plus utilisés par les patients peuvent être rapportés dans les pharmacies ou les centres de collectes. Ils sont ensuite brûlés à haute température dans les usines d’incinération des ordures ménagères ou de déchets spéciaux.

Dans certains cantons, les pharmacies sont légalement tenues de reprendre gratuitement tous les médicaments périmés ainsi que les autres déchets spéciaux (solvants, thermomètres à mercure, solutions alcalines, acides et autres produits chimiques) des particuliers même s’ils les ont acquis par d’autres voies de distribution.

Il est utile pour les pharmacies d’informer leurs clients du service qu’elles offrent, ainsi que de la façon de se débarrasser adéquatement des médicaments périmés, qu’elles s’occupent elles-mêmes de cette collecte ou non.

Articles Liés

- Publicité -
 

Derniers articles