dimanche, février 5, 2023
 

«Cet hiver pourrait être particulièrement difficile»

Amoxicilline, oxycontine, paracétamol, Varilrix, dukoral… L’office fédéral pour l’approvisionnement économique du pays (OFAE) recense sur son site internet les ruptures de stock actuelles en médicaments et vaccins. Comment la situation se présente-t-elle globalement aujourd’hui? Elements de réponses avec Thomas Grünwald, porte-parole de l’OFAE. 

Vita-OTC: La Suisse devra t-elle faire face cet hiver à des difficultés d’approvisionnement en médicaments? 

Thomas Grünwald: Les ruptures d’approvisionnement en médicaments sont un problème croissant et global et sont dues à divers facteurs complexes. Les pénuries peuvent par exemple être dues à un manque de capacités de transport, à une pénurie de matières premières ou encore à des raisons économiques. La surconsommation des substances actives concernées par le Covid a pu être couverte entre-temps par les entreprises et la situation d’approvisionnement est la même qu’avant le COVID. Mais il y a eu et il y a encore des problèmes le long des chaînes d’approvisionnement en raison du Covid, qui doivent être pris en compte dans les réflexions logistiques des entreprises. 

L’approvisionnement économique du pays continue de suivre de près la situation de l’approvisionnement et de l’analyser afin de pouvoir intervenir rapidement en cas de besoin et d’ordonner les mesures nécessaires le cas échéant. 

L’hiver prochain pourrait être particulièrement difficile s’il faut faire face à une nouvelle vague de Covid-19 dans le cadre de la situation normale et, en plus, à une vague de grippe, à laquelle pourraient s’ajouter des difficultés générales dues à la crise énergétique et à la guerre en Ukraine. Le marché est déjà confronté à des stocks limités, à de longs délais de livraison et à des conditions logistiques difficiles. Des problèmes supplémentaires dus à la réduction des capacités de production à l’étranger et en Suisse, notamment en raison de la pénurie de gaz et de la pénurie d’énergie, pourraient entraîner une augmentation des perturbations de l’approvisionnement. Nous suivrons ces évolutions de près. Le Centre d’annonce des médicaments tient une liste constamment mise à jour des médicaments vitaux pour lesquels des perturbations de l’approvisionnement ont été constatées sur ce site.

Quels seront les médicaments les plus impactés? 

T.G : En général, la situation est tendue pour les anti-infectieux parentéraux et les opioïdes oraux à libération prolongée, et des produits du stock obligatoire sont utilisés. Pour savoir quels autres produits sont actuellement mis à disposition sur le marché à partir des réserves obligatoires, veuillez consulter notre publication sur les ruptures d’approvisionnement. En règle générale, les réserves obligatoires ont une durée de vie d’environ 3 mois. 

Quels conseils donner aux pharmaciens suisses pour faire face aux difficultés d’approvisionnement?

T.G : Les pharmacies font partie du public cible des publications de notre bureau d’annonce. Les listes servent d’information sur les troubles actuels de l’approvisionnement et leur évolution ainsi que sur les thérapies alternatives. C’est pourquoi nous conseillons aux pharmacies qui n’utilisent pas encore ces listes de le faire afin d’être informées. Un propre stockage adapté pour les produits les plus importants peut aider à surmonter des délais de livraison plus longs. Une information appropriée aux patients suivant des thérapies chroniques, leur indiquant de se procurer le réapprovisionnement à temps, peut leur faire gagner du temps afin de trouver la meilleure solution pour eux.

Articles Liés

- Publicité -
 

Derniers articles