mercredi, août 4, 2021
 

Virus en vue!

Avis de grisaille météo! Les virus de tout poil se rappellent à notre bon souvenir. Les 150 à 200 virus à tropisme respiratoire qui accompagnent les frimas hivernaux vont nous apporter joyeusement rhinites, rhinopharyngites et autres syndromes grippaux. L’arsenal homéopathique nous offre heureusement un coup de main salutaire tant au niveau préventif que curatif.

Un homme prévenu en vaut deux!

Les germes de type Rhinovirus, Coronavirus, Adénovirus ou encore Influenzae ont une contagiosité très importante. Leur transmission s’effectue par le biais de gouttelettes salivaires (conversation, toux, mouchage, éternuements, etc.) ou par manuportage (attention aux poignées de porte ou aux rampes d’escalier qui sont des nids à virus).

D’un point de vue préventif, il conviendra de limiter ses déplacements en période d’épidémie et d’avoir une hygiène des mains irréprochable (savon, gel hydro-alcoolique), ainsi qu’une alimentation équilibrée et un logement bien aéré.

L’accompagnement médicamenteux peut se faire selon plusieurs axes. On peut cibler le virus de la grippe spécifiquement en associant 2 souches, Influenzinum et Serum de Yersin, à raison d’une dose par semaine (le plus souvent en 9 CH). Il existe également une spécialité, très riche en virus, dont la dilution propose une protection antivirale plus large.

Quand le virus s’installe…

Ce dernier type de préparation antivirale peut alors être utilisé de manière plus intensive à raison d’une dose toutes les 6 heures. Ce traitement causal doit être accompagné d’une gestion précise des symptômes, de type fièvre, maux de tête ou encore courbatures.

Une hyperthermie brutale peut être traitée par exemple par Belladona (sueurs abondantes) ou Aconitum napellus (peau sèche) en 7 ou 9 CH. Bryonia est également une souche intéressante, car elle cible courbatures et céphalées aggravées par le moindre mouvement, ainsi que les toux générant des douleurs thoraciques. Les rhinorrhées font appel, quant à elles, à de multiples remèdes variant le plus souvent en fonction de l’aspect des sécrétions (Hydrastis, Allium cepa, Kalium bichromicum, etc.).

Tout ceci ne dispense évidemment pas du repos et de la réhydratation, qui s’accompagneront de 2 prises quotidiennes de China (en cas de perte liquidienne importante) et d’Avena sativa pour la convalescence.

L’homéopathie nécessite évidemment une rigueur et une précision importantes, mais elle permet de traiter toute la famille sans restriction ni effets secondaires.

Le port de masque, l’utilisation de mouchoirs jetables et le confinement limitent évidemment le risque de contamination de nos proches.

Articles Liés

- Publicité -
 

Derniers articles