mercredi, août 4, 2021
 

Les bénéfices d’une activité physique sans la casse

La sédentarité, considérée comme l’un des 10 facteurs de mortalité dans le monde, est particulièrement impliquée dans les maladies cardiovasculaires, le cancer ou encore le diabète. Conséquence ou hasard, une explosion des pratiques sportives s’est produite depuis quelques années avec, hélas, son corollaire de petits bobos…

L’OMS recommande chez l’adulte une pratique physique modérée de 150 minutes par semaine. Quel que soit le niveau d’activité, la régularité et la progressivité sont indispensables pour éviter les blessures inhérentes au sport.

La vigilance est d’autant plus importante que les risques sont multiples: chute, crampes,  tendinites, foulures, etc. La prévention passe naturellement par un équipement et une nutrition adaptés avec une discipline de rigueur concernant l’échauffement en début et des étirements en fin d’activité. Une eau bicarbonatée et sucrée après l’effort permet également une meilleure récupération.

En cas de douleur musculaire ou ligamentaire durant la séance, il faut interrompre immédiatement l’activité, appliquer du froid et se reposer, de quelques jours à quelques semaines: élongation, déchirure ou tendinite peuvent être en cause et nécessiter une consultation médicale.

Une crampe sera gérée par l’étirement du groupe musculaire concerné et un apport hydrique suffisant. Les courbatures ne nécessiteront que quelques jours de repos.

Dans tous les cas, l’utilisation de remèdes homéopathiques à base notamment d’arnica ou d’Atropa belladonna peut être recommandée pour les douleurs inflammatoires et/ou traumatiques, en massage et par voie orale. Certaines préparations polyvalentes contiennent également Calendula, Hypericum perforatum ou encore Echinacea angustifolia, permettant la gestion des écorchures et autres lésions cutanées.

Si les douleurs perdurent plus d’une semaine, un avis médical s’impose.

Articles Liés

- Publicité -
 

Derniers articles