mardi, novembre 30, 2021
 

Immunité, mon amour!

Nous vivons dans un monde de communication, où l’accessibilité aux transports et l’explosion démographique ont grandement facilité la diffusion des maladies infectieuses. En outre, les stress physique et psychique, plaies du monde occidental, sont indiscutablement facteurs d’altération de nos défenses immunitaires qui font grise mine. Une seule solution… Aux armes, citoyens!

L’immunité et ses troupes

Nos premières défenses sont d’abord des barrières physiques, telles que la peau, les muqueuses respiratoires ou digestives. Ces protecteurs peuvent évidemment être dégradés et investis par des agents physico-chimiques mais également bactériologiques ou viraux. Ces agressions sont immédiatement détectées par des cellules tissulaires, véritables sentinelles. Au contact des envahisseurs, ces dernières, les mastocytes, libèrent massivement des médiateurs de l’inflammation par dégranulation, tandis que les macrophages produisent des modulateurs de cette inflammation: le processus est lancé!

Cette première étape aboutit au recrutement de cellules immunitaires circulantes, les granulocytes neutrophiles et les monocytes qui migrent toute voile dehors vers le site de l’infection. Là, elles identifient l’ennemi grâce aux anticorps spécifiques produits par les lymphocytes B. Ainsi fixées au pathogène (chimiotactisme), nos cellules “nettoyeuses” (neutrophiles et monocytes devenus macrophages) phagocytent les indésirables et libèrent des agents microbicides et cytotoxiques… le ménage est fait!

Des actifs très stimulants

Ce rappel simplifié à l’extrême nous permet d’appréhender quelques uns des leviers potentiels à actionner pour renforcer la réponse immunitaire. Bien souvent certaines vitamines y jouent un rôle prépondérant. 

C’est le cas de la vitamine C, dont on connaît mieux aujourd’hui les modes d’action: elle stimule les neutrophiles en améliorant notamment l’activité phagocytaire et la fabrication de dérivés réactifs de l’oxygène (DRO) en vue de l’élimination d’intrus indésirables.

La vitamine D, quant à elle, intervient dans la maturation de lymphocytes, l’élaboration de peptides anti-infectieux et la phagocytose. Une supplémentation hivernale permet d’ailleurs de réduire notablement les atteintes grippales.

Et les oligo-éléments dans tout cela? Ils sont également très précieux, à commencer par le zinc. Si ce dernier participe à l’intégrité de la barrière cutanéo-muqueuse, il est également le cofacteur de nombreuses réactions enzymatiques de la réponse immunitaire. Il intervient entre autres dans la maturation des lymphocytes. Attention toutefois à ne prendre des doses élevées (= 75 mg) que pendant une période très limitée (p.ex. lors d’un refroidissement aigu), car on risquerait de réduire le chimiotactisme des neutrophiles et des macrophages.

Le sélénium n’est pas en reste car son pouvoir anti-oxydant (activation de la glutathion-peroxydase) joue un rôle dans la protection des cellules phagocytaires.

Voilà donc quatre compagnons de route essentiels à notre traversée hivernale.

Un cas particulier: les bêta-glucanes

Il s’agit de polysaccharides constitués exclusivement de molécules de D-Glucose. Ces sucres sont naturellement présents notamment dans le son des céréales et la paroi cellulaire de la levure de boulanger (Saccharomyces cerevisiae).

Parmi les nombreux glucanes, il en est un qui retient particulièrement l’attention en matière d’immunité. Il s’agit du Bêta-1,3-glucane de levure qui a la particularité d’être reconnu par des récepteurs de surface des macrophages comme agent pathogène, ce qui incite le système immunitaire à se mettre en alerte accrue en stimulant la phagocytose et la production d’immuno-modulateurs.

Ses utilisations sont potentiellement multiples, notamment pour réduire le risque ou l’intensité de refroidissements, même chez un adulte à l’activité physique intense (p.ex. sport), activité qui peut affaiblir les défenses immunitaires. Associé aux vitamines et oligo-éléments vus plus haut, le bêta-glucane pourra également être proposé chez l’enfant ou la personne âgée pour corriger fatigue et fragilité immunitaire.

Articles Liés

- Publicité -
 

Derniers articles