samedi, novembre 26, 2022
 

Énergie et fournitures: comment réduire vos factures?

Alors que l’Europe traverse une crise énergétique majeure due à la guerre en Ukraine, la Suisse n’est pas épargnée par le risque de pénurie et la hausse des prix de l’énergie. Gaz ou électricité, ces ressources sont désormais à utiliser avec parcimonie si l’on ne souhaite pas voir exploser le montant de ses factures. Comment réduire vos dépenses à l’échelle de votre officine? Le point dans cet article.

Le moyen le plus simple de faire des économies se trouve du côté de l’éclairage, qui représente généralement 20 à 30% de la facture énergétique d’un petit commerce. C’est ce qui explique pourquoi de nombreuses villes et cantons ont réduit l’éclairage public depuis plusieurs semaines déjà. Même les Hôpitaux universitaires de Genève ont mis en place un plan de sobriété énergétique depuis la fin août: les éclairages – qui représentent 30% de la consommation électrique du bâtiment – non essentiels sont désormais éteints une bonne partie de la nuit, entre autres mesures.

Chasse à l’éclairage superflu!

Difficile de se passer de lumière en saison hivernale, alors que l’ensoleillement se fait plus rare. L’éclairage peut toutefois être modulé selon les besoins. Choisir des ampoules à basse consommation pour éclairer sa pharmacie peut permettre d’économiser entre 30 et 70% de sa dépense énergétique. Par exemple, les tubes à LED (diodes électroluminescentes) remplaceront avantageusement les lampes halogènes ou les tubes fluorescents, qui sont beaucoup plus énergivores. De plus, les LED présentent l’avantage de ne pas chauffer, ce qui évite de pousser la climatisation en été. Elles ont également une durée de vie plus longue (jusqu’à 40 000 heures!). Dans l’arrière-boutique, de même que dans les espaces partagés réservés au personnel, il peut être pertinent de faire installer des capteurs de mouvements, qui n’enclencheront la lumière que lorsque cela est nécessaire. Enfin, à l’instar de nombreux commerces aujourd’hui, vous pouvez faire en sorte que l’enseigne de votre officine ne reste pas allumée toute la nuit; il est d’usage, par exemple, de régler son extinction sur l’heure de fermeture. Et si vous aviez l’habitude d’orner votre pharmacie de guirlandes lumineuses pour les fêtes de fin d’année, il est conseillé d’y renoncer – du moins pour cette année.

Un chauffage plus sophistiqué pour une consommation mieux contrôlée

Côté équipements, veillez à ce que l’ensemble de vos collaborateurs pensent à éteindre écrans, ordinateurs, imprimantes et photocopieurs à la fin de la journée. Même en mode veille, ces appareils continuent à consommer de l’électricité. Il en est de même pour le boîtier qui vous permet de vous connecter à Internet: les experts recommandent de le débrancher pendant la nuit pour faire des économies. Si ce n’est pas déjà fait, optez pour un réfrigérateur à médicaments pour maintenir à basse température les produits qui le nécessitent; cela vous évitera d’avoir recours à la climatisation pour refroidir toute une pièce. De même, soyez vigilant avec le chauffage: il est conseillé de ne pas dépasser la température de 20 °C pour limiter le montant de la facture. Veillez à remplacer les vieux radiateurs par des appareils plus performants et programmables, de manière à n’activer le chauffage que lorsque votre officine est occupée; à noter que les appareils équipés de vannes thermostatiques permettent de réaliser des économies substantielles du fait qu’elles permettent de maintenir la température à la valeur souhaitée. À l’image des CFF ou des bureaux de l’État de Fribourg, vous pouvez également décider de couper l’eau chaude dans les toilettes de votre officine – l’eau froide étant généralement amplement suffisante pour se laver les mains.

Face à la crise du papier, dématérialisez!

Avant de vous lancer dans la modification de votre éclairage ou de votre système de chauffage, le bon réflexe est de commencer par un diagnostic énergétique, qui figure parmi les prestations de la plupart des installateurs privés. À noter que SuisseEnergie propose également des audits énergétiques réalisés par des experts, permettant d’identifier rapidement les éléments à optimiser.

Autre dépense sur laquelle vous pouvez agir: le papier, dont le prix ne cesse d’augmenter depuis des mois. Le secteur subit en effet des difficultés d’approvisionnement en matière première depuis plusieurs années, mais la tendance a été nettement aggravée par la pandémie. Si cette pénurie impacte principalement les PME qui travaillent dans le papier ou le carton et la presse écrite, les répercussions se font sentir chez tous les consommateurs. Pour réduire votre consommation de papier, optez pour la dématérialisation de vos factures et relances! À titre d’exemple, le service de facturation streamfact proposé par la Coopérative professionnelle des pharmaciens suisses (Ofac) permet non seulement aux pharmaciens de réduire considérablement la quantité de papier en officine, mais aussi de gagner un temps considérable en classement et traitement – chaque document est en effet numérisé, puis classé automatiquement par Ofac. De même, plusieurs logiciels existent aujourd’hui pour gérer votre comptabilité, éditer et envoyer par voie numérique les bulletins de salaires de vos collaborateurs.

À noter pour finir qu’il est aujourd’hui plus pertinent que jamais de sélectionner des fournisseurs locaux dès que possible. Cela signifie que les laboratoires suisses, de même que les fabricants de compléments alimentaires ou de produits phytothérapeutiques suisses sont à privilégier lors de vos commandes. C’est la garantie de frais de transport moins élevés!

Toutes ces mesures vous permettront non seulement de traverser la crise énergétique sans trop de difficultés, mais elles s’inscrivent aussi dans un objectif plus large et à plus long terme: réduire les effets du changement climatique en limitant ses propres émissions de gaz à effet de serre et ainsi faire de son officine un commerce plus écoresponsable.

Articles Liés

- Publicité -
 

Derniers articles